UTL ROCHEFORT

Date

mardi 19 mars 2024
Expired!

Heure

14h30

Péré, St Pierre de la Noue

        Alors ? Péré ou St-Pierre-de-la-Noue  ? Sur quelle commune nous trouvons-nous pour démarrer cette marche ? 
       En fait Péré, village ancien, est devenu Saint-Pierre-de-la-Noue, une commune nouvelle depuis 2018, issue du regroupement de 2 communes : Péré et Saint-Germain-de-Marencennes.
         Péré a eu son importance puisqu’il possédait le droit de Haute justice, surtout le seigneur des lieux, pour toutes les affaires et pour prononcer les peines, même capitales… mais le climat est devenu depuis longtemps plus apaisé.
 
Le groupe s'étire pour contourner le champ
          Aujourd’hui, 28 personnes sont présentes, c’est un petit effectif, les plus fidèles de la marche participaient à une sortie sur deux jours organisée sur une région plus éloignée.
           L’éveil de la nature a été au centre de toutes les attentions et l’observation de tous les signes arrivés si précocement.          
  
Un fruitier en fleur comme tant d'autres en ce moment
les coucous, c'est-à-dire des primevères officinales, les premières à fleurir !
La moutarde des champs, à profusion dans la région, envahissante pour les agriculteurs
Belle silhouette qui retrouvera son feuillage dans quelques semaines
Une halte où l'on apprécie la douceur du temps, où l'on commence à se dévêtir !
Une sente dans les sous-bois sûrement appréciable en été
Eglise Saint-Martin, romane, rénovée ; cimetière à droite
        L’Eglise Saint-Martin était autrefois rattachée à Saint-Gilles de Surgères et dépendait de l’évêché de Saintes. Malheureusement, toutes ses archives pastorales, entreposées à la bibliothèque diocésaine de Saintes, ont disparu au XIXe siècle à la suite d’un incendie.
Un arrêt nécessaire pour réunir tout ce petit monde
Un puits avec son abri
           La commune comporte une particularité : ses nombreux puits ! Aucune rivière ne la traversant, les habitants ont creusé des puits, malheureusement insuffisants lorsque les chaleurs estivales les asséchaient. La population était contrainte de cheminer plusieurs kilomètres pour trouver l’eau. Ceci pris fin en 1952 quand Péré a bénéficié de l’adduction d’eau.
Une grande ferme équipée de panneaux solaires pour ses bâtiments
Plaque de maison, souvenir de quelques bonnes prises ! (hors de Peré)
              C’est une découverte que ce petit territoire qui a eu son importance. Les marches nous mènent sur des chemins que nous n’aurions pas idée d’emprunter ou bien où nous ne voulons pas nous risquer ! (Annie R.)
Merci Véronique d’y conduire les petits marcheurs.
Photos : Jean-Pierre L.